La lettre de rentrée de SUD-Éducation 46

Nous refusons la fermeture méthodique et programmée des écoles rurales
Une école austère qui crée l’inégalité…

mardi 7 octobre 2014
popularité : 0%

Nous refusons la fermeture méthodique et programmée des écoles rurales

L’IA du Lot a prévu de regrouper les écoles du Lot, notamment en cassant les RPI, afin de réduire leur nombre à une trentaine seulement, contre plus d’une centaine aujourd’hui !

C’est le projet porté par l’éducation nationale et par des collectivités locales. Le président de l’association des maires du Lot, M. Vayssouze, déjà habitué à taper les plus faibles (voir la fermeture de l’école Henri Thamier), argumente : c’est pour le bien-être des enfants (sic !), et puis, si on ne restructure pas maintenant, en discutant, on le fera contraints et forcés une fois la droite revenue au pouvoir. On croit rêver !

Si ce n’est pas une posture de démocrates à l’écoute de la population !

Il est peu probable que ces perspectives de fermetures d’écoles en masse ravissent les parents d’élèves du département. La résistance s’organise déjà. Dès hier soir, sur le parvis de la mairie de Cahors, une cinquantaine de personnes exigeaient l’abandon du projet, conscientes du fait que vouloir fermer les petites écoles, c’est, d’une part, sévèrement dégrader les conditions d’éducation de leurs enfants, et, au-delà, condamner le Lot à la désertification. Sud Education et la FSU étaient présents hier pour dire non à cette folie bureaucratique.

Un nouveau front s’est ouvert, nous serons présents dans la lutte !

Une école austère qui crée l’inégalité… qui peut croire que l’éducation soit actuellement la priorité du gouvernement ?

On ne compte plus les dysfonctionnements : les profs TZR du second degré parachutés sur trois établissements (cela devient la norme), les profs non remplacés, le manque de moyens matériels, surtout dans les collèges.

Centre d’Information et d’Orientation : un poste et demi en moins (Cahors/Figeac) avec redistribution des zones… Un Conseiller pour 1700 élèves. De quoi être désorienté !

Rythmes scolaires : plus d’inégalité(s) ? Plus de temps passé à l’école, mais pas moins d’heures d’enseignement : curieux démarrage !

Quel parent a pu changer ses horaires de travail en fonction de l’école de (l’un) de ses enfants ? L’enfant reste à la garderie, à l’étude… et les parents payent parfois.

Mais la tendance est à l’allongement de la pause méridienne. Pour quoi faire ? Améliorer les services de cantine ? Les ATSEM, qui eux ne mangent plus, ou des animateurs, encadrent tout cela. Et les parents payent, parfois.

Etrange gratuité où celui qui peut payer a plus…

A signaler au Conseil Général

Il est désormais inutile de s’obstiner à équiper les salles de classes en ordinateurs (tour+clavier+écran), qui vont bientôt être à l’équipement informatique ce que le minitel fut à l’internet. Il ne faut pas être devin pour voir que l’avenir des Tice tend vers la tablette/l’ordinateur portable tactile.

Les rapports peu flatteurs pour l’éducation à la française

Loin des effets d’annonce, le "dossier ministre" de la DEGESCO (publié par Médiapart en juillet) explique que :

Les postes créés ne permettent pas de faire face à la croissance démographique et à la restauration d’une année de formation professionnelle,

Sur le quinquennat, la programmation des 60000 postes prévus par la loi de "refondation" ne pourra pas être réalisée : une moitié seulement des postes nécessaires au maintien des taux d’encadrement est financée…

Pas de quoi être rassuré, d’autant qu’une flopée de rapports, tous plus cruels les uns que les autres, vient de tomber en cette rentrée.

Tous mettent en avant l’école en tant que facteur aggravant des inégalités sociales dans ce pays. On le savait déjà, mais cela perdure en dépit de la soi-disant « Refondation » initiée par M. Peillon, et ses ambitions affichées de s’occuper en priorité des élèves en difficulté. L’échec, dans ce domaine aussi, est patent. On y lit que les heures de cours en France sont trop nombreuses, pour un piètre résultat, mais aussi que des enseignants bien payés (ailleurs !) obtiennent de meilleurs résultats pour leurs élèves.

Dans Le Monde daté du 11 septembre, on pouvait également lire, sous la plume de François Taddei, directeur de recherche à L’Inserm que « une posture d’autorité, de hiérarchie, imprègne tous les échelons du système éducatif. On le voit dans les mots hérités du XIXème siècle, comme « recteur » ou « inspecteur », qui évoquent plus le contrôle et la sanction que le soutien. »

Et si le problème de l’Education Nationale, ce n’était pas seulement le manque de moyens, mais aussi un esprit de caserne imposé aux enseignants ?

5 bonnes raisons d’adhérer à SUD-Éducation

  • Un syndicat solidaire
  • Un syndicat unitaire et intercatégoriel
  • Un syndicat démocratique
  • Un syndicat de lutte
  • Un syndicat de transformation sociale

Un syndicat qui nous demande pas de la fermer

En pièces-jointes :

Agenda militant

> Conférence - débat "Pourquoi dire Non au Grand marché Transatlantique ?"
Figeac le mercredi 15 octobre à 20 h, salle Balène

Conférence - débat avec Raoul Marc JENNAR
Membre du Conseil scientifique d’Attac
Impacts de TAFTA sur les conditions de travail, les salaires, le milieu agricole ...

Pensez à votre adhésion !

SUD-ÉDUCATION 46
sudeducation46@gmail.com
http://www.sudeduc46.org/
Tél. : 06.88.86.14.09
Les déchargés


Brèves

31 août - Bulletin d’adhésion 2017-2018

Pour adhérer dès maintenant, cliquer ici pour télécharger le bulletin d’adhésion