La lettre de SUD-Éducation 46 / 24 avril 2014

École Thamier : un maire et un syndicat pris la main dans la fermeture
À propos de la nouvelle Rectrice

mardi 29 avril 2014
popularité : 0%

École Thamier : un maire et un syndicat pris la main dans la fermeture

Le maire de Cahors (que certains désormais osent appeler « oui oui »), Jean-Marc Vayssouze, ne se fait pas que des amis en ce moment. Dans le quartier de Sainte Valéry, qui a voté pour lui à près de 70%, des banderoles exhibées dans la rue vont jusqu’à la qualifier de « traître ». La raison de ce désamour : M. Vayssouze a décidé unilatéralement de fermer l’école du quartier, l’école Henri Thamier, qui accueille 30 élèves de maternelle. Officiellement pour insalubrité, pour de mauvais résultats scolaires, pour un manque de mixité sociale, et puisqu’il faut bien faire des choix.

Malheureusement l’argumentaire ne tient pas puisque des travaux de rénovation de l’école, d’un montant de 400000 euros (une paille !) ont été réalisés il y a à peine trois ans. Ensuite si les résultats de ces enfants de 2 à 5 ans sont inférieurs à ce qui est attendu, ne doit-on pas au contraire, renforcer l’école par d’avantage de moyens ? Le quartier de Sainte Valéry est en zone Cucs (contrat urbain de cohésion sociale), et devrait donc bénéficier d’une attention particulière. Enfin si l’on veut davantage de mixité sociale, pourquoi obliger ces enfants à se rendre dans un autre quartier ? Ne ferait-on pas mieux de favoriser l’arrivée de nouveaux habitants ? N’est-ce pas cela une politique de la ville ? Nous savons tous qu’une école qui ferme dans un village ou un quartier (surtout lorsqu’il est excentré), c’est le quartier ou le village que l’on condamne.

Enfin le Dasen, lui, avait proposé que ce soit l’école Jean Calvet qui perde un poste. C’est M. Vayssouze qui en a décidé autrement en ciblant l’école Thamier. Le Dasen, n’ayant pas la main sur les choix du maire, a bien été obligé d’accepter.

Tout ceci s’est décidé dans le bureau du maire, avant les élections, mais n’est sorti au grand jour que lors du CDEN de la semaine dernière. Lors de cette réunion, il a fallu passer au vote, pour ou contre la fermeture de l’école Henri Thamier. Tous les syndicats ont voté contre la fermeture, sauf le SE-Unsa qui a voté pour.

Bien sûr les habitants du quartier ne remercient pas tout ce petit monde et osent même fomenter une jacquerie : banderoles rageuses, manifs finissant dans les bureaux du maire, tractages sur les marchés, blocage du quartier, lettres ouvertes…

Il va sans dire que SUD-Éducation les soutient et admire leur détermination !

La suite après les vacances.

À propos de la nouvelle Rectrice

Mme Hélène Bernard, la nouvelle Rectrice de l’Académie de Toulouse a décidé de prouver qu’elle avait du caractère en prenant un certain nombre de décisions pour le moins contestables.

La dernière en date à toucher notre département est celle de supprimer purement et simplement le pôle d’appui informatique. Celui-ci avait le rôle d’aide technique aux profs, aux agents administratifs ou aux AED chargés de l’informatique dans les établissements, ils menaient des actions de sensibilisation au bon usage d’internet auprès des élèves.
Tout ceci a été rayé d’un trait de plume par Mme la Rectrice qui, d’un arrêté, a sèchement renvoyé en classe le prof déchargé pour gérer ce pôle d’appui. En effet, le département manque de profs de maths, alors on les prend là où ils sont, et tant pis pour le réseau qui, pourtant, a coûté des millions d’euros et par qui toute notre hiérarchie espère le salut de nos élèves. On verra bien ce qui se passera au premier bug.

Si l’on ajoute une « réforme expérimentale » de la LV2 qui a du mal à passer auprès des profs de langue, on comprend que nous ne sommes toujours pas entrés dans l’ère du dialogue que l’on nous avait pourtant annoncée, après les calamiteuses années Sarkozy.

Les déchargés du jeudi
Sudeducation46.org


Brèves

31 août - Bulletin d’adhésion 2017-2018

Pour adhérer dès maintenant, cliquer ici pour télécharger le bulletin d’adhésion