Lettre de SUD-ÉDUCATION 46 / n°21

jeudi 21 mars 2013
par  p_sud
popularité : 0%

  1. Le CHSCT : qu’est-ce que c’est ?.
  2. RESF : la Valls des expulsions continue !
  3. Agenda militant.

Le CHSCT : un outil pour faire reconnaître nos conditions de travail

Un droit important dont dispose le CHSCT est le droit d’alerte qui oblige l’employeur à apporter une réponse à une situation estimée potentiellement dangereuse par les représentant-es du personnel. Pour cela, les syndicalistes intervenant en CHSCT, ou le sollicitant, peuvent s’appuyer sur les registres santé et sécurité au travail, obligatoires dans tous les services, toutes les écoles et tous les établissements scolaires et universitaires. Le CHSCT peut aussi déclencher des enquêtes sur le lieu de travail. Ce qui permet de parler des conditions de travail réelles des personnels pour mettre l’administration devant ses responsabilités. C’est en tout cas dans cette optique de contre-pouvoir que Sud éducation compte user de cette nouvelle instance.

La prise en compte des conditions de travail en CHSCT est un point d’appui pour notre syndicalisme : elle permet de porter la question du travail, de son sens, de son organisation, au sein même de ces instances, face à l’employeur. C’est l’occasion d’y dénoncer les restructurations, d’y mettre en accusation les dérives du management capitaliste dans le service public d’éducation comme le poids néfaste de la soumission hiérarchique et de pointer leurs conséquences pour les personnels. Pour nous, il faut d’ailleurs toujours continuer d’articuler cela avec l’action collective, avec les luttes et le rapport de force.

Agir, quelques pistes pour débuter

Il n’est pas toujours évident de savoir par où et par quoi commencer quand on veut agir sur ses conditions de travail. L’administration vous donnera vite du “tout va très bien madame la Marquise”… Mais il y a souvent, si ce n’est toujours, quelques petites choses à faire en préalable qui faciliteront l’intervention des personnels par la suite.

Premières démarches

Il faut d’abord s’assurer que les registres santé et sécurité au travail (SST) et de danger grave et imminent sont disponibles dans votre école, établissement ou service (voir la rubrique dédiée à ces registres). S’il n’y en a pas, il ne faut surtout pas hésiter à solliciter le syndicat départemental ou académique SUD éducation pour qu’il écrive un courrier circonstancié au supérieur hiérarchique concerné : IEN, Chef d’établissement ou de service, Recteur, Dasen, Président d’Université…

Vous pouvez toutefois, avec ou sans registre SST, en profiter pour faire votre demande de visite médicale de prévention quinquennale obligatoire (dont on ne vous a jamais parlé bien entendu). Pour cela, vous pouvez utiliser le courrier-type reproduit dans le chapitre précédent de cette brochure. Mais c’est aussi bien si vous en discutez avec quelques collègues pour les convaincre de faire la même démarche que vous, au même moment…

Vous pouvez aussi vérifier que les noms et coordonnées des représentant-es en CHSCT (académiques, départementaux, d’université ou de service), et, le cas échéant dans les EPLE, de la CHS, sont affichés dans les principaux lieux de votre école ou établissement : salle de repos, notamment. Si ce n’est pas le cas, pareil, sollicitez le syndicat SUD éducation pour qu’il interpelle votre chef sur cette absence qui est une infraction caractérisée au code du travail.

En parallèle à tout cela, nous ne pouvons que vous inciter à prendre contact avec le syndicat ou la section SUD éducation la plus proche pour organiser une heure d’information syndicale dans le 2nd degré et le supérieur ou une réunion d’information syndicale dans le 1er degré, spécifiquement consacrée aux conditions de travail. Là encore, c’est le syndicat (ou la section) qui prendra directement contact avec votre chef.

Pour en savoir plus :

http://www.sudeducation.org/-Et-voila-le-travail-.html

Communication de RESF : La VALLS des expulsions se danse avec des familles démembrées

Expulsion en famille, les parents et les enfants sur un même vol commercial, démembrement de familles, expulsion de lycéens en cours de scolarité, la palette des horreurs que le ministre Valls se plaît à mettre au service du président Hollande s’enrichit chaque jour.

Certes, comme le répètent Monsieur Valls et son cabinet, ces mesures sont légales. En effet ce gouvernement applique avec zèle des lois et des textes que le Parti socialiste avait vigoureusement dénoncés à leur promulgation.

Être dans la légalité n’a jamais empêché d’être dans l’odieux : l’esclavage, l’apartheid, la peine de mort, la torture ou, à une autre échelle, l’interdiction du vote des femmes ou l’interdiction de l’IVG, ont été des pratiques légales.

Une légalité qu’il fallait respecter ou combattre ? Dans quel camp Valls aurait-il été ? Quand la loi organise des pratiques inhumaines ou odieuses, c’est la loi qu’il faut changer.

http://www.educationsansfrontieres.org/article46383.html

Agenda militant

> Nouvelle livraison du LOT EN ACTION !
Au sommaire du n° 68 : Transition énergétique dans le Lot, Goujounac : école en danger...

> Faucheurs volontaires :

Les faucheurs volontaires organisent un festival anti-OGM à Gramat chez Patrice Ravet (camping de la ferme en paille - 06 84 48 67 99).
Toutes les personnes intéressées pour tenir un stand peuvent contacter directement Patrice au camping, c’est gratuit et on peut camper sur place. Il faut juste se débrouiller pour son stand. Ils sont à la recherche d’artisans de tous genres (tanneurs, potiers, rémouleurs et autres...) et d’associations désirant se faire connaître, pour que la fête soit plus folle !

> 7ème ÉcoLot toi-même à Limogne en Quercy, samedi 20 avril 2013

L’association Coquelicausse vous donne rendez-vous pour la septième fois dans le centre de ce bourg du sud-est du département du Lot où l’accueil réservé par la municipalité et la population est toujours aussi chaleureux...

contact : coquelicausse@gmail.com

Pour mieux nous connaître et avoir les infos sur le programme : http://coquelicausse.over-blog.com/


Merci de transmettre ce mél à tous les personnels de l’école.
N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques.
Si vous souhaitez recevoir directement notre lettre dans votre boite personnelle, communiquez nous votre e-mail.

Pensez à votre adhésion !

SUD-ÉDUCATION 46
sudeducation46@gmail.com
http://www.sudeduc46.org/
Tél. : 06.88.86.14.09
Les déchargés du jeudi


Brèves

31 août - Bulletin d’adhésion 2017-2018

Pour adhérer dès maintenant, cliquer ici pour télécharger le bulletin d’adhésion